ORPHEE ET EURYDICE 
: L’amour éternel

Par Mireille Petit


Proserpine, la fille de Cérès fut tellement fascinée par la fleur blanche à cœur rouge, un narcisse, qu’elle n’entendit pas le char tiré par les chevaux noirs de Pluton et c’est ainsi qu’elle se retrouva dans les profondeurs des enfers loin de son Olympe natale. Mais Jupiter réussit à conclure un marché avec Pluton qui accepta de garder Proserpine aux enfers seulement trois mois par an, en hiver ; elle pouvait regagner l’Olympe le restant de l’année.

Un jour, alors que la captive commençait à s’habituer à sa nouvelle demeure, un visiteur inhabituel voulu parler au couple du monde souterrain. C’était un jeune homme bien vivant du nom d’Orphée. Il avait décidé de se rendre à Ténare en Laconie où se trouve l’une des entrées des enfers pour retrouver son épouse Eurydice morte le jour de son mariage.

  • Qui es-tu ? demanda Proserpine

  • Je m’appelle Orphée.

  • Mais comment as-tu échappé à la garde de Cerbère, mon chien à trois têtes qui garde les enfers et dévore tout intrus ? S’étonna Pluton .

  • C’est grâce à ma lyre qui charme les bêtes, répondit Orphée

  • C’est très courageux de ta part de venir jusqu’ici, ajouta Proserpine

  • Mais pourquoi as-tu fait ce voyage, qui cherches-tu ?

  • Je cherche Eurydice, mon épouse adorée qui est morte le jour de notre mariage. Je vous supplie de ma la rendre.

Proserpine fut émue par tant d’amour et de courage. Elle regarda Pluton qui était également ému.

  • Entendu, dit le roi des enfers, Eurydice remontera avec toi, elle te suivra, mais à une condition. Il ne faut pas que tu regardes derrière toi avant de sortir des enfers et avant que tu n’aies vu la lumière du Soleil.

Orphée était heureux de pouvoir reprendre son Eurydice et il commença ce long voyage de retour. Il voulait tenir parole et marcher sans se retourner et dans l’obscurité il résistait à la tentation de regarder derrière lui. Enfin, il vit la lumière qui était proche mais soudain il fut terriblement angoissé par un doute : « Et si Pluton m’avait menti ? Cette ombre à laquelle je donne la main, est-ce bien Eurydice ? »

Orphée ne put résister et il tourna la tête pour voir si son épouse était bien là. Mais à ce moment, avec désespoir, il vit une silhouette disparaître dans l’ombre. Il assista impuissant à la mort de son épouse pour la seconde fois ; il avait perdu son Eurydice pour toujours.




Il ne put se résigner à cette idée et pendant sept jours essaya de convaincre Charon de le ramener aux Enfers pour implorer Pluton une nouvelle fois. Mais il fut chassé vers la lumière de la vie.

Alors Orphée épuisé et affligé se réfugia sur le mont Rhodope en Thrace et sombra dans le désespoir et la solitude. Là il chante sa douleur et sa perte cruelle et il refusera les femmes et se voue à l’abstinence. Les seuls êtres qu’il voit sont des adolescents auxquels il raconte les origines du monde et des dieux.

L’on raconte également qu’après la perte d’Eurydice, Orphée demeura fidèle à la mémoire de son épouse et commença à adorer Hélios (Apollon) et non plus Dionysos qui, pour se venger, chargea les Ménades de le tuer. Ces femmes terribles qui le vénèrent, attaquent sauvagement Orphée et le réduisent en morceau puis jettent sa tête dans l’Ebre.

Lorsqu’Orphée meurt toutes les créatures pleurent et les nymphes se couvrent d’un habit noir en signe de deuil. Les fleuves débordent de toute part et les muses récupèrent les membres d’Orphée et l’enterrent au pied du mont Olympe et encore aujourd’hui l’on entend à cet endroit le chant du rossignol.

Mais la colère des dieux fut telle qu’ils envoyèrent la peste sur toute la Thrace pour punir le délit des Bacchantes . A ce point, la population désespérée consulta l’oracle pour savoir comment arrêter cette disgrâce et l’oracle obligea à chercher la tête d’Orphée pour lui rendre les honneurs funèbres.

Sa tête fut retrouvée par un pêcheur près du delta du fleuve Mélète et elle fut déposée dans la grotte d’Antisce chère à Dionysos. C’est dans ce lieu que la tête d’Orphée commença à émettre des prophéties.

Les prophéties de Delphes n’étaient plus écoutées alors Apollon mécontent se rendit dans la grotte et obligea la tête d’Orphée de se taire pour qu’elle fasse plus concurrence à son culte. De ce jour la tête se tut pour toujours.

La lyre d’ Orphée fut transportée à Lesbos dans le temple d’Apollon qui décida de l’envoyer dans le ciel pour que tout le monde puisse la voir en souvenir du charme et de la musique du malheureux Orphée, créant ainsi la constellation de la Lyre.



Orphée dans les poèmes d'Apollinaire

Guillaume Apollinaire, dont le nom évoque Apollon, père d'Orphée, écrit " le Bestiaire ou cortège d'Orphée " en 1911, illustré par des gravures sur bois de Raoul Dufy. Les notes d'Apollinaires et les gravures de Raoul Dufy sont éditées dans le recueil " Alcools " par la nrf, Poésie/Gallimard. Dans ses notes, Guillaume Apollinaire commente : " Orphée était natif de la Thrace. Ce sublime poète jouait d'une lyre que Mercure lui avait donnée. Elle était composée d'une carapace de tortue, de cuir collé à l'entour, de deux branches, d'un chevalet et de cordes faites avec des boyaux de brebis. […] Quand Orphée jouait en chantant, les animaux sauvages eux mêmes venaient écouter son cantique. Orphée inventa toutes les sciences, tous les arts. Fondé dans la magie, il connut l'avenir et prédit chrétiennement l'avènement du Sauveur.

 


Orphée

Admirez le pouvoir insigne
Et la noblesse de la ligne :
Elle est la voix que la lumière fit entendre
Et dont parle Hermès Trismégiste en son Pimandre

La tortue
Du Thrace magique, ô délire !
Mes doigts sûrs font sonner la lyre.
Les animaux passent aux sons
De ma tortue, de mes chansons.

Le cheval
Mes durs rêves formels sauront te sauver,
Mon destin au char d'or sera ton beau cocher
Qui pour rênes tiendra tendus à frénésie,
Mes vers, les parangons de toute poésie

La chèvre du Thibet
Les poils de cette chèvre et même
Ceux d'or qui prit tant de peine
Jason, ne valent rien au prix
Des cheveux dont je suis épris

Le serpent
Tu t'acharnes sur la beauté
Et quelles femmes ont été
Victimes de ta cruauté !
Eve, Eurydice, Cléopatre ;
J'en connais encore trois ou quatre

Le chat
Je souhaite dans ma maison :
Une femme ayant sa raison,
Un chat passant parmi les livres,
Des amis en toute saison
Sans lesauels je ne peux pas vivre.

Le lion
O lion , malheureuse image
Des rois chus lamentablement,
Tu ne nais maintenant qu'en cage
A Hambourg, chez les Allemands.

 

Le lièvre
Ne sois pas lascif et peureux
Comme le lièvre et l'amoureux.
Mais que toujours ton cerveau soit
La hase pleine qui conçoit

Le lapin
Je connais un autre connin
Que tout vivant je voudrais prendre.
Sa garenne est parmi le thym
Des vallons du pays de Tendre.

Le dromadaire
Aves ses quatre dromadaires
Don Pedro d'Alfaroubeira
Courut le monde et l'admira.
Il fit ce que je voulais faire
Si j'avais quatre dromadaires.

La souris
Belle journée, souris du temps,
Vous rongez peu à peu ma vie.
Dieu ! je vais avoir vingt-huit ans,
Et mal vécu, à mon envie.

L'éléphant
Comme un éléphant son ivoire
J'ai en bouche un bien précieux.
Pourpre mort !… J'achète ma gloire
Au prix des mots mélodieux

Orphée
Regardez cette troupe infecte
Aux mille pattes, aux cent yeux :
Rotifères, cirons, insectes
Et microbes plus merveilleux
Que les sept merveilles du monde
Et le palais de Rosemonde !

 

La chenille
Le travail mène à la richesse
Pauvres poètes, travaillons !
La chenille en peinant sans cesse
Devient le riche papillon

 

La mouche
Nos mouches savent des chansons
Que leur apprirent en Norvège
Les mouches ganiques qui sont
Les divinités de la neige

 

La puce
Puces, amis, amantes même,
Qu'ils sont cruels ceux qui nous aiment !
Tout notre sang coule pour eux.
Les bien-aimés sont malheureux.

La sauterelle
Voici la fine sauterelle,
La nourriture de Saint Jean.
Puissent mes vers être comme elle,
Le régal des meilleures gens.

Orphée
Que ton cœur soit l'appât et le ciel la piscine !
Car, pécheur, quel poisson d'eau douce ou bien marine
Egale-t-il, et par la forme et la saveur,
Ce beau poisson divin qu'est Jésus, Mon Sauveur ?

 

Le dauphin
Dauphins, vous jouez dans la mer,
Mais le flot est toujours amer.
Parfois, ma joie éclate-t-elle ?
La vie est encore cruelle.

Le poulpe
Jetant son encre vers les cieux,
Suçant le sang de ce qu'il aime
Et le trouvant délicieux,
Ce monstre inhumain, c'est moi-même.

La méduse
Méduses, malheureuses têtes
Aux chevelures violettes
Vous vous plaisez dans la tempête,
Et je m'y plais comme vous faites.

L'écrevisse
Incertitude, ô mes délices
Vous et moi nous nous en allons
Comme s'en vont les écrevisses,
A reculons, à reculons.

La carpe
Dans vos viviers, dans vos étangs,
Carpes que vous vivez longtemps !
Est-ce que la mort vous oublie,
Poissons de la mélancolie.


Orphée
La femelle de l'alcyon,
L'Amour, les volantes Sirènes,
Savent de mortelles chansons
Dangereuses et inhumaines.
N'oyez pas ces oiseaux maudits,
Mais les Anges du Paradis.

 

Les sirènes
Saché-je d'où provient, Sirènes, votre ennui
Quand vous vous lamentez, au large, dans la nuit ?
Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
Et mes vaisseaux chantants se nomment les années


La colombe
Colombe, l'amour et l'esprit
Qui engendrâtes Jésus-Christ,
Comme vous j'aime une Marie.
Qu'avec elle je me marie.

Le paon
En faisant la roue, cet oiseau,
Dont le pennage traine à terre,
Apparaît encore plus beau,
Mais se découvre le derrière.

Le hibou
Mon pauvre cœur est un hibou
Qu'on cloue, qu'on décloue, qu 'on recloue.
De sang, d'ardeur, il est à bout.
Tous ceux qui m'aiment, je les loue.

Ibis
Oui, j'irai dans l'ombre terreuse
O mort certaine, ainsi soit-il !
Latin mortel, parole affreuse,
Ibis, oiseau des bords du Nil.

 

Le bœuf
Ce chérubin dit la louange
Du paradis, où, près des anges,
Nous revivons, mes chers amis,
Quand le bon Dieu l'aura permis.

Remonter en haut de la page


Mireille Petit © - Tous droits réservés - 2009